Le Nemo
Du haut de ses 41 ans, tout au fond de la rue Saint-Julien, la façade de la librairie L'Atalante observe la Place Royale nantaise. Crédit : Librairie L'Atalante / Facebook

Une page se tourne à la librairie L’Atalante

Petit monde, grand changement : tout au fond de la rue Saint-Julien, visible depuis l’esplanade de la Place Royale, une boutique, célèbre parmi les inconnues, est en pleine mutation ; les étagères de L’Atalante accueillent un nouveau libraire.

Entre deux averses et un rayon de soleil estival, il arriva, un jour, non sans crier gare ; on l’attendait. L’aventurier chevronné, d’une décennie expérimentée, restait désireux d’aller, comme il l’expliquera plus tard, «voir ailleurs si l’herbe est plus verte ». Longtemps, il voyagea, descendant de ses montagnes glacées, loin au Sud-Est, pour arriver sur le pas d’une singulière porte de verre, non loin des côtes océaniques. Là, passé le seuil, on l’accueillit chaleureusement, lui offrant provisoirement un lit, le temps qu’il se prépare à l’épopée à venir…

Son nom : Mathieu Betton. Sa mission : prendre les rênes, en tant que nouveau responsable de librairie et de la boutique L’Atalante.

Faire peau neuve

Le temps a eu beau se figer deux mois durant, tout au long du confinement, il n’en reste pas moins qu’à la sortie, Sophie Ricordeau, libraire présente au poste depuis maintenant près de trente ans, est partie prendre une retraite « très largement méritée » selon ses dires. Après plus de quarante années passées à travailler parmi les livres, dont vingt-huit derrière l’une des principales vitrines de l’imaginaire sur la côte Ouest, « il était temps », évoque la vétérane du milieu.

Elle avoue qu’elle regrettera un peu les échanges, relations parfois devenues amicales, avec ses clients, mais, dans l’ensemble, l’idée reste la suivante : il faut faire « place au jeune » ! Une fois l’annonce faite à ses collègues de la maison d’édition conjointe en janvier dernier, puis les papiers remplis en février, c’est en juin qu’elle s’est vue libérée, retraitée. Une question s’est alors posée : qui viendra la remplacer ?

Entre l’aventurier susnommé

Le suspens ne sera pas si insoutenable, puisque rapidement, Mathieu Betton est désigné comme nouvelle tête pour prendre la suite.

Ce preux successeur nous vient du Sud-Est, de Grenoble et ses monts. Depuis dix ans, l’homme travaillait là-bas au sein d’une autre enseigne, ou plutôt, au sein d’un réseau, celui des librairies Decitre. Il y avait la responsabilité des rayons littérature de l’imaginaire, et, selon la période, des rayons consacrés aux bandes-dessinés, au tourisme, etc. C’est toutefois sans hésiter qu’il précise et signe : « Mon cœur de métier, c’est le roman policier et les littératures de l’imaginaire » . Et c’est, justement, ce profil qui a convaincu les responsables du recrutement de la librairie L’Atalante – une librairie spécialisée en science-fiction, fantastique et polars. Ainsi, Mathieu, depuis septembre dernier, a pris en charge la boutique, sous les deux facettes suivantes : gérant des locaux et libraire.

« Il n’y a pas eu d’appel à candidatures à l’échelle nationale », nous explique-t-il. « Au lieu de ça, les membres de L’Atalante ont commencé par faire fonctionner le bouche à oreille dans notre microcosme. » Le monde de l’imaginaire n’est pas une vaste terre sans fin ! Alors, même si notre protagoniste doit son poste à son expérience et à son appartenance au monde de la littérature, ce domaine « est plutôt un petit cercle, dans lequel les relations permettent à chacun de connaître plus ou moins tout le monde » nous explique le libraire.

Ainsi, alors qu’il avait exprimé son désir de changer d’air autour de lui, la date du départ à la retraite de Sophie Ricordeau est arrivée. Cette nouvelle, le grenoblois l’a justement entendu par des collègues en commun. Aussi ne pu-t-il que sauter sur l’occasion, proposant sa candidature pour le poste vacant aux responsables du recrutement. « Ça c’est fait en sous-marin », achève-t-il de préciser, clarifiant que s’il a bien dû passer par la case [ envoi du CV, lettre de motivation et entretien ], l’offre ne s’adressait pas au premier venu. La recherche du nouveau libraire s’est limitée au monde professionnel des connaisseurs expérimentés.

Lit temporaire, vie sédentaire

Reste qu’une fois embauché, la boutique et son nouveau logiciel sur le point d’être apprivoisés, il fallait tout de même se loger… Tâche qui, non sans perdre son aspect stressant, a tout de même permis au nouvel arrivant d’être introduit auprès des habitués !

C’est le 25 août dernier, quelques semaines avant le mois d’intronisation du nouveau seigneur et gérant du lieu, qu’un message peu commun est apparu sur la page Facebook Librairie L’Atalante. L’intitulé visait à apporter de l’aide à Mathieu, afin de lui éviter d’avoir à « dormir sous les ponts de la Loire, de l’Erdre ou de la Sèvre nantaise trop longtemps » ; d’un ton blagueur, les communicants de L’Atalante ont demandé à qui en possédait, de transmettre la moindre information sur des logements en vente, tout en profitant de l’occasion pour annoncer l’arrivée du grenoblois au sein de l’entreprise.

Un petit message qui, s’il n’a pas vraiment porté ses fruits, à au moins aider à prévenir la toile du vent de nouveauté sur le point de souffler entre les étagères de la boutique. De toutes manières, Mathieu avait prévu le coup.

« Lorsque j’ai atteint la fin de mon préavis avec Decitre, j’ai pris deux semaines de vacances, que j’ai passé ici, à chercher un appart’ non-stop. C’était limite, mais en fouillant du matin au soir, j’ai fini par trouver  » dit-il, expliquant que les quelques réponses à l’appel à l’aide de ses nouveaux collègues sur le web n’ont pas apporté de solutions lui convenant. « C’était quand même sympa, y’avait du partage, et ça a effectivement permis de me présenter. Depuis, pas mal de gens m’en parlent, me demandant si j’ai trouvé un logement, si je suis bien installé… La communauté est vraiment bienveillante et sympathique ».

Depuis, l’aventurier prend ses marques, investit ses terres et rencontre ses nouveaux coéquipiers. Quête accomplie, rênes en mains, il se lance vers l’avenir, la tête pleine de projets, tant dans ses locaux qu’en dehors.

Si vous passez Place Royale, gardez les yeux bien ouverts : du fond de la rue Saint-Julien, un monde entier évolue.

Cédric Taveau

Cédric Taveau

Par nombres de vues

Par date

octobre 2020
L M M J V S D
    Nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031