Le Nemo
©Pixabay

« Miracle Morning », objectif perfection

Le film « Miracle Morning » sort le 12 décembre prochain sur le site du livre éponyme. Si les confinements que nous avons connus en 2020 ont permis une chose, c’est bien de revoir l’utilisation de notre temps. Vous êtes-vous laissés emporter par ces « routines » matinales pour « garder la pêche » et « booster » votre niveau de « développement personnel » ? Ironie mise à part, ces démarches semblent être le reflet d’une génération en quête de perfection.

Vous dérivez sur YouTube, le géant aux milles et uns vlogs. Une vague de « My miracle morning » (entendez « Mes matins miraculeux ») a débarqué dans les suggestions… et ça y est : vous ressentez cette même satisfaction que les vlogs de décoration d’appartement, vidéos d’ASMR et autres plaisirs satisfaisants. Ces plans si clean, la tasse de thé bio, devant un tapis de yoga, une vue imprenable sur le lever du soleil et un agenda soigneusement rempli posé en bas à droite. Alors, les Miracle Morning, torture instagramable ou coup de génie ?

Miracle Morning : LA méthode pour être productif

Cette “philosophie a fait un carton en 2016. Le livre du même nom est signé par Hal Elrod, auteur, conférencier mais surtout « coach de vie ». Après avoir traversé une dépression, il s’est inspiré de ceux qui ont réussi leur vie (comme Bill Gates ou Oprah) et a dessiné une routine matinale permettant de se gonfler à bloc. En détail, sa routine se résume aux SAVERS : Silence (méditation), Affirmations, Visualization, Exercise (physique), Reading (lire), Scribbing (écrire). Le tout en se levant très tôt : l’auteur se réveille à 5h30 sans « snoozer ». De quoi bien entamer sa journée après une préparation digne d’un combat de boxe. La promesse ? « Transformez votre vie ». Nous n’en ferons pas ici la critique littéraire… mais en y regardant de plus près, ce mode de vie soulève moult réflexions.

Snoozer : Fonction incroyable permettant de répéter votre réveil encore cinq minutes…

« Il fallait que je me recadre »

Pourquoi s’infliger autant de rituels et se lever plus tôt qu’habituellement ? « J’ai commencé lors du premier confinement, nous raconte Florestan Belaud, étudiant et auto-entrepreneur. Je n’avais rien à faire. Il fallait que je me recadre un peu pour avancer sur mes projets. J’ai donc mis en place non pas une, mais deux “Miracle Morning”, en fonction du temps que j’avais. » Se reprendre en main et performer sont les serments que les adeptes prêtent en adoptant la routine aux deux M. Certains ont lu le livre original, d’autres se sont inspirés de vidéos ou de personnalités pratiquant elles aussi ce type de routine. Faire du sport, lire… « mettre en mouvement le corps, c’est mettre en mouvement l’esprit », explique l’étudiant.

Pour l’auteur, les pratiquants et les fervents démonstrateurs en ligne, ces routines matinales sont faites pour accroitre votre développement personnel et votre productivité. Ce qui impacterait positivement votre situation professionnelle, amoureuse, financière, et tant d’autres. La théorie a sans doute pu être bénéfique pour une poignée d’êtres humains. Ils sont nombreux à s’être essayés à la méthode, à en croire les 62 200 francophones adhérents au groupe Facebook. En pratique, beaucoup créent leurs propres habitudes. « Tu te mets une pression plutôt qu’autre chose à vouloir suivre la méthode de base, raconte Chenda Yung, employée d’un restaurant rennais. Je préfère me lancer dans ma propre routine. Je vais à mon rythme, je fais ce qu’il me plait. Le but étant de prendre du temps pour moi, chaque matin, à 6h. Et d’être fière de ma journée. »

« Tu te mets une pression plutôt qu’autre chose à vouloir suivre la méthode de base »

Chenda Yung

Culture de la performance 

L’idée est tentante : se lever tôt, mener une vie “parfaite”, réglée comme du papier à musique. Cela passe très bien en vidéo, en photo ou à l’écrit… Mais dans les faits, est-ce si bénéfique ? Baignée dans le stress, notre époque a vu naître le fameux burn-out. Et maintenant que le travail s’est installé dans nos foyers, les rythmes de vies sont encore plus chamboulés. Et nos horloges internes en prennent aussi un coup. Se lever tôt, oui, mais à condition de respecter son temps de sommeil. Jacques Taillard, neurobiologiste au CNRS, intervient à ce sujet dans la revue Science&Vie : « Si cette discipline convient à certains, elle peut induire chez la grande majorité un manque de sommeil et, par là, nuire à leur santé. Cela part de la dangereuse considération que dormir est une perte de temps ; ce qui est une grosse erreur…».  
Les « Miracle Morning » collent probablement mieux aux gens du matin, qui eux-mêmes, collent aux rythmes imposés par société (le fameux métro-boulot-dodo, 8h-17h-23h). Le spécialiste poursuit : « Cette mode reflète un problème de notre société : on veut tout faire (travail, sport, divertissement…). ». Cette quête permanente de perfectionnement révèle bel et bien un cercle vicieux. A l’ère de la pensée positive et du développement personnel à outrance, le marketing de l’optimisation de soi bat son plein.

Marie Thomazic

Marie Thomazic

Par nombres de vues

Par date

décembre 2020
L M M J V S D
« Nov    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031