Le Nemo
©Mathieu Ribeiro

Ashéo, le rap comme miroir

De passage à Nantes, Ashéo, rappeur clermontois, nous a permis de découvrir son univers musical. Entre ses doutes, ses ambitions et ses rêves, le jeune artiste semble enfin trouver sa voie. Le rap devient pour lui un véritable exutoire, reflet de ses état d’âmes.

La voix calme et posée, Ashéo apparaît, à première vue, comme le bon pote avec qui on joue à Fifa. C’est lorsqu’il commence à s’exprimer sur sa passion que nous découvrons qui est réellement le jeune rappeur. Ashéo est-il un précurseur du rap onirique ? Voici son portrait. A

Apprendre à se connaître

Le style est là : casquette Nike, ensemble Project X Paris, Air Max 270, tout est ok. Mais que se cache-t-il derrière cet apparat ?

Originaire d’Issoire près de Clermont-Ferrand, il intègre, après le bac, une école de commerce international. Ses études lui offrent l’opportunité de partir en Angleterre pour sa dernière année, mais le jeune homme réalise que ce n’est pas ce qu’il veut faire. Dès son enfance, Théo, de son vrai nom, a baigné dans la musique. Il a rapidement appris le solfège, la guitare et la batterie. Son frère Mathis, également musicien, l’accompagne au saxophone dans la majorité de ses sons.

Ashéo explique que c’est au lycée que sa passion pour le rap se concrétise avec, notamment, la sortie d’un premier projet en 2012. En 2014, il débute les premières scènes avec son groupe « La Coloc » fraîchement créé. Ils feront une trentaine de concerts en un an. L’année suivante, il constitue un second groupe avec l’un de ses amis, appelé « L’Épicerie ». C’est à ce moment que sort son premier album. Puis s’enchaînent ensuite une centaine de concerts en trois ans. Théo prend rapidement goût à cette vie et décide de se dédier à sa carrière de rappeur. Il fera notamment la première partie d’IAM, ce qui lui donnera la motivation de se consacrer entièrement à la musique et pourquoi pas débuter une carrière solo. En 2018, c’est l’heure des grands projets, Ashéo sort un premier EP de cinq titres intitulé Deviens qui tu es, à l’image d’une quête identitaire. Et fin 2018, un second projet de sept titres voit le jour : Exodia. Le départ vers son « véritable lui ». Le jeune homme explique qu’en s’affirmant musicalement, il s’est également affirmé en tant qu’individu. En 2019, il annonce son nouveau projet, l’aboutissement de son parcours introspectif, avec un album du nom de Cosmos qu’il perçoit comme son univers, sa galaxie.

Préparer le voyage : introspection

Lorsque l’on demande à Ashéo de décrire sa musique, le rappeur répond sans trop d’hésitations : « sincère, onirique et spontanée ». Il n’aime pas l’idée de devoir faire rentrer son style dans des cases et le rappeur semble avoir trouvé sa propre vibe. Ici et là, nous retrouvons des sons singuliers et personnels. Chaque titre pourrait représenter le chapitre d’un journal intime. On retrouve des instrus tantôt jazz, tantôt électro, des sons entraînants, puis plus sombres. L’univers du rappeur très personnel nous fait écho.

Quel est son processus de création ? Où trouve-t-il son inspiration ? Il explique ne chercher à écrire qu’en fonction de ses émotions. Il s’écoute. L’essentiel pour lui est d’être sincère, et pour cela, il doit guider sa plume selon son énergie. L’artiste assume très facilement ses faiblesses et ses traits de caractère négatifs. Il confie être assez lunatique. C’est notamment dans son titre Gémeaux qu’il met à l’honneur cet élément de sa personnalité. Il y dévoile les difficultés d’être esclave de ses états d’âme mais aussi la poésie d’en être parfois le roi. Il faut apprendre à collaborer avec ses émotions plutôt que de les refouler. Sans doute le plus beau message qu’il faut passer.

« Que mes pensées se taisent, j’écoute mes émotions, elles seules connaissent la route, je les suivrai les yeux fermés »


Exodia, Ashéo

Bien que son caractère lunatique stimule énormément sa création, il peut également en être un frein. C’est pour cette raison qu’Ashéo est une personne très entourée, travaillant toujours avec d’autres rappeurs et collectifs. Cette manière de travailler lui permet de garder le cap en nourrissant sa musique. C’est pour cette raison qu’en 2019 il décide de se déplacer à Nantes à plusieurs reprises afin de rencontrer de nouvelles personnes dont l’équipe du Fil Rouge qui lui donnera l’opportunité d’animer de nombreuses fois le «Fil Good» (radio nantaise orientée rap musique). Il participera également à des Jam Sessions au Délirium Café. Le principe étant d’enchaîner des impros en public.

D’après Théo, l’émulsion créée par la présence de personnes autour de lui exacerbe sa motivation, le pousse à ne rien lâcher et l’oblige à faire évoluer sa musique. Bien qu’il ne parle principalement que de lui dans ses sons, il revendique la nécessité de mêler son énergie à celles des autres afin de s’améliorer en permanence et de participer à l’amélioration du monde de façon plus globale. Partir de soi pour arriver jusqu’au cosmos, jusqu’à l’accomplissement.

3,2,1 : décollage !

« La tête dans les nuages et les pieds sur Terre»


Décollage, de Ashéo

Derrière l’humilité qu’il dégage, Théo apparaît tout de même comme quelqu’un de très ambitieux. Et des projets, il en a beaucoup. D’abord des projets personnels, avec cette volonté viscérale d’apprendre à se connaître chaque jour un peu plus. Mais aussi des projets professionnels importants comme celui de vivre définitivement de sa passion. En effet, il confie ne pas encore pouvoir gagner sa vie avec le rap, surtout durant cette période où tous les concerts sont annulés. Ce qu’il souhaite avant tout, c’est de continuer d’évoluer avec son rap. Et lorsqu’il se projette dans vingt ans, il se voit encore dans la musique, mais sans doute avec une approche différente.

©Mathieu Ribeiro

« Il y a encore plein de failles en moi que je n’arrive pas à comprendre. Chaque jour j’ai de nouvelles interrogations et le but ultime c’est sûrement d’y répondre. La vie c’est un perpétuel questionnement et t’y réponds jamais au final. C’est ça qui est bien. »

Ashéo

Ashéo a franchi une étape primordiale dans sa vie : celle de savoir dans quelle direction il veut aller. Où il veut être. Après avoir pansé des fêlures, accepté ses faiblesses, canalisé sa rage et maîtrisé sa pensée, l’artiste compte repartir en quête de soi. S’il devait définir un objectif principal dans sa vie, ce serait de devenir une personne lumineuse pour les autres. Il exprime une vision optimiste de la vie en général. Pensées infinies, remises en question constante, le rap est devenu son miroir : « il y a encore plein de failles en moi que je n’arrive pas à comprendre. Chaque jour j’ai de nouvelles interrogations et le but ultime c’est sûrement d’y répondre. La vie c’est un perpétuel questionnement et t’y réponds jamais au final. C’est ça qui est bien ».

Ces dernières années, le rap semble saturé d’artistes. Chaque mois, de nouveaux rappeurs émergent de l’ombre pour tenter de se faire connaître. Le milieu est de plus en plus codifié et exigeant. Il est pourtant encore possible de croiser le chemin d’artistes originaux. Ashéo en est la preuve.

Nina Grandjean

Nina Grandjean

Par nombres de vues

Par date

décembre 2020
L M M J V S D
« Nov    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031